Yuck – Stranger Things – Lourdeau, mais clairement pas à jeter

yuck-stranger-thingsTroisième album pour Yuck, ce groupe américain au line-up délicat. On y trouve de bonnes choses, mais l’ensemble reste assez inégal dans l’ensemble. Dommage.

On suit Yuck depuis ses débuts, même si on a laissé de côté la gestion délicate du line-up. Stranger Things commence assez mal avec une grosse guitare bourdonnante, oscillant entre « Un jour en France » de Noir Désir et  la démo d’un ado dans sa cave qui vient de trouver un son de distorsion. Rien de très rassurant. Pourtant, au fil des morceaux, l’album prend une réelle identité plutôt réjouissante, notamment sur les ballades Like A MothAs I Walk AwayDown ou Stranger Things qui sonne d’ailleurs comme un bel hommage à Teenage Fanclub.

Si certains morceaux affichent fièrement leur immédiateté (Only Silence, Cannonball), d’autres souffrent d’un son un peu lourdeau (Hold Me CloserHearts in Motion) que l’on compensera par le profond Swirling par exemple.

Le tout sur un album qui, du haut de ses 46 minutes, nous a paru interminable à chaque écoute intégrale. Dommage, car tout n’est clairement pas à jeter.


Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Please follow and like us:
error0
fb-share-icon20
Tweet 20
fb-share-icon20

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *