Laish – Pendulum Swing – Songwriting impeccable au service des arrangements

laish-pendulum-swingLaish est incarné par Daniel Green qui n’en est pas à son premier coup d’essai. Pour ce troisième album, l’anglais a quitté Brighton pour trouver de l’inspiration à Londres. Le résultat est un très bel album de composition doté de beaux arrangements. Une réussite totale.

Délicate lenteur

L’album de Laish peut paraître lent au premier abord. Cette délicate lenteur également dotée d’une belle intensité est toutefois parfaitement rythmée par quelques morceaux plus dansants (My Little Prince, Learning To Love The Bomb). L’accroche fonctionne parfaitement avec le morceau d’ouverture dont les 6 minutes passent avec une facilité déconcertante, avec une voix évoquant parfois celle de Tim Booth de James, en tous cas sur ce morceau. La quasi totalité de la blogosphère s’était (à très juste titre) enthousiasmée pour le The Party d’Andy Shauf l’année dernière, on souhaite le même sort à Laish, dans un registre assez proche quoique plus joyeux.  Ce magnifique Vague inaugural vaut d’ailleurs bien le somptueux The Magician d’Andy Shauf. Voilà pour les comparaisons.


Laish, Songwriting impeccable

En plus d’un songwriting impeccable,  les arrangements de cet album sont une vraie réussite (My Little PrinceIsolation) et la production maîtrise parfaitement l’alchimie entre la rondeur des guitares électriques et la douceur de l’acoustique (Pendulum Swing). On appréciera la délicatesse et la grâce globale qui émane de ce très bel album. Avec une mention spéciale pour le très addictif et dansant Learning To Love The Bomb que j’ai écouté des dizaines de fois.

J’ai apprécié quelques détails comme la batterie sur le couplet de Gambling qui aurait pu suivre un rythme beaucoup plus conventionnel, morceau qui prend aussi une belle dimension au fur et à mesure. Isolation révèle un sens parfait des arrangements.  Là où un Divine Comedy pourrait tomber dans le « cucul »,  Laish produit un arrangement de cordes avec des sonorités et de légères dissonances finement trouvées qui lui donnent un réel intérêt et une touche de modernité. Oui j’assume mes propos sur Divine Comedy… J’ai beaucoup de respect pour Neil Hannon, mais je l’ai tellement écouté par le passé que j’y trouve aujourd’hui une certaine mièvrerie. Avis très subjectif évidemment.
Et malgré son apparente longueur (55 minutes avec les 2 bonus tracks pour la version diigitale),  Pendulum Swing s’affiche plutôt comme un album d’une profonde densité qui passera le temps avec brio. L’album est sorti fin 2016. C’est donc un coup de cœur 2017, assurément.
Laish – Pendulum Swing (Talitres)
Laish, à retrouver dans notre playlist indie pop de janvier 2017.

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !
Concerts The Divine Comedy
 
The Divine Comedy à Roubaix - 20 octobre 2019
 
The Divine Comedy à Paris - 28 octobre 2019
 
The Divine Comedy à Brest - 30 octobre 2019
 
The Divine Comedy à Cenon - 1 novembre 2019

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *