Meilleurs albums 2011 – de 50 à 41

Des disques, il y en a eu à la pelle en 2011… Pour commencer ce classement (par la fin), voici déjà 7 albums de groupes américains, entre lesquels deux groupes anglais et un australien essaient de se frayer une place. Du duo branché Cults au rock crado très british d’Art Brut, on trouve de bien réjouissantes galettes…

Le duo américain a déchaîné la hype avant la sortie de son premier album qui regorge de sons pour les vacances au soleil dans la nostalgie des années 60. Un album parfait pour le road-movie de l’été.


Cults – Abducted

Groupe électro texan annoncé comme « the hottest new band of 2010 » par Rolling Stone, Neon Indian en est déjà à son troisième album. Polish Girl est de loin le morceau le plus accrocheur de ce nouvel opus qui oscille entre tubes à se dandiner, nappes électroniques ou autres expérimentations variées.

Neon Indian – Polish girl

Dans une lignée assez proche que Neon Indian (cf ci-dessus), le projet Washed Out est à l’initiative d’un seul bidouilleur américain, Ernest Greene, même pas 30 ans, qui laisse transparaître sans scrupules son goût pour l’électro des années 80.

Les californiens de Grouplove livrent leur premier album sous les références de Nada Surf, des Subways voire des Pixies. Un titre trompeur pour un opus diablement enthousiaste.

Grouplove – Naked Kids

Deux soeurs de Los Angeles qui assument leur pop éthérée, à cheval entre une petite tweepop simple et les fantômes de Lush (Lost At Sea, Luv Goon) passés à la sauce 80’s parfois à la limite du digeste (Slivers of You). Sensations fortes, s’abstenir !

Puro Instinct – Lost At Sea

Premier opus solo de la tête pensante d’Oasis. Au final, c’est sympa, parfois bien écrit, parfois un peu flemmard, bref… c’est Noel ! (Chronique complète ici)

Noel Gallagher High Flying Birds – If I Had A Gun

Depuis la séparation/reformation/séparation de Pavement, Stephen Malkmus continue sa route avec ses Jicks. C’est ce qu’il sait faire de mieux, alternant les pop songs parfaites (Tigers, Stick Figures In Love), les élans de rock chaotique énervé (Senator), les balades (Long Hard Book) voire les slows (Share The Red)

Stephen Malkmus & The Jicks – Tigers

Du rock garage crado mais parfaitement en place avec une moyenne de 2 minutes 30 par morceau. Tout s’enchaîne assez vite malgré quelques relâchements (Mr Driver), on pense aux Ramones (Raw Meat) et à tous ces groupes garage qui fleurissent aux Etats-Unis. Le groupe de joyeux lurons n’hésite pas à innover (ils ont enregistré un live dans un bar à putes !). Pour ceux qui ont aimé Harlem l’année dernière !

The Black Lips – Modern Art

Cloud Control est un groupe australien qui a tourné avec Supergrass ou Vampire Weekend. Alternant entre rock psyché et folk parfait, un album à recommander à ceux qui ont aimé Local Natives.


Cloud Control – This Is What I Said

Art Brut, c’est avant tout Eddie Argos, trublion d’Albion complètement loufoque et farfelu qui clame (il ne chante pas !) des textes plein d’humour sur fond de gros riffs électriques. Si ce quatrième n’est pas à la hauteur de ses prédécesseurs, on accroche quand même avec les pierres angulaires que sont Clever Clever Jazz, Martin Kemp… ou Sealand, balade parfaite.

Soyez sympa, partagez !
Concerts Black Lips
 
Black Lips à Paris - 21 novembre 2019

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *