Motorama – Dialogues – Stakhanovistes dansants

Motorama - DialoguesMotorama ne s’arrête plus. Non pas que je veuille forcément leur coller l’adjectif stakhanoviste, qui leur va pourtant très bien. Depuis Calendar et la révélation au grand public, Motorama s’affiche fièrement en tête du peloton de la new wave héritière de Joy Division. 
Et le son du groupe russe évolue aussi tout doucement. La batterie est plus marquée, plus dansante aussi. Dans cet univers froid et lugubre, Motorama déroule ses pop songs à faire danser le plus déprimé des russes. 10 chansons bouclées sur un total de 30 minutes. Autant dire que le rendement est au rendez-vous. Certains titres sortent du lot, comme Loneliness (à retrouver dans notre playlist d’octobre) qui trouve le juste dosage entre les fioritures à la guitare, le shaker qui vient ponctuer une rythmique partie toute seule sur les lignes de production. Hard Times ou Tell Me sont carrément dansant, même si l’on garde les sonorités froides qui caractérisent le groupe.

Joy Division auraient-ils sonné ainsi si l’aventure ne s’était pas arrêtée en 80 ? Motorama n’en sait pas plus que nous mais nous renvoie justement à la fin des années 70 pour ne pas répondre à cette question. Merci encore à l’excellent label bordelais Talitres pour nous avoir dégoté ces russes !

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !
Concerts Motorama
 
Motorama à Paris - 1 décembre 2019
 
Motorama à Tourcoing - 6 décembre 2019

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *