Documentaire – Liam Gallagher Knebworth 2022

0
133
Liam Gallagher Knebworth 2022


Un an après la sortie sur les écrans du documentaire sur les concerts d’Oasis à Knebworth en 1996, Liam revient sur ce lieu mythique dans le cadre d’un documentaire qui retrace la préparation de ses deux concerts en juin 2022. C’Mon You Know!

Liam Gallagher à Knebworth : porter la légende de la renaissance

Pour celles et ceux qui ont vu le film Oasis Knebworth 1996, il y a évidemment une analogie qui semble presque inévitable : Knebworth est un lieu mythique, seuls les plus grands s’y sont produits (Rolling Stones, Led Zeppelin, Pink Floyd, Queen…) et l’accent est mis sur le fait que Liam s’y produise en solo, et non en tant que groupe. « Maybe Freddy Mercury, but he’s dead! » souligne Liam, pince sans rire. On se garde bien de mentionner les 3 Knebworth de Robbie Williams en 2003 (375 000 personnes). On s’en doute, le but est de porter Liam en héros et de valoriser comment le phœnix du rock anglais renaît de ses cendres depuis la séparation d’Oasis en 2009.

Portraits de fans

On y retrouve des moments soi-disant émouvants : comment certains, malades, ou qui on connu le deuil dans leur entourage, sont parvenus à retrouver le goût de la vie grâce à Liam. C’est sans doute vrai et tant mieux pour ces gens s’ils sont sortis de situations difficiles grâce à leur idole. Mais j’ai préféré suivre le parcours des quelques fans sur lesquels la réalisation met l’accent en mettant le pathos de côté : des japonais clones de Liam, un fan d’Halifax (qui ressemble à Dave Rowntree, batteur de Blur), petite bourgade entre Leeds et Manchester, qui voue un véritable culte à Liam et Oasis. Mais exprimé de façon très british « ça ne s’explique pas, c’est le destin ! C’est comme un pèlerinage, une mission : on doit y aller« . Mention spéciale à son espace installé sur la terrasse de son jardin : le Champagne Supernobar ! Un mini musée de collectionneur ! On suit aussi cette fillette de 5 ou 6 ans, qui joue des chansons de Liam et Oasis au ukulélé. La pauvre est passée par une maladie grave et des mois à l’hôpital. Nul doute que c’est un passage difficile pour la fillette et sa famille, je ne remets pas ça en question. Mais j’y vois aussi une opportunité parfaite pour le storytelling et insister sur le fait que Liam contribue à la renaissance de cette fillette, qui est -certes- très drôle et étonnante d’aplomb ! On revient au pathos mentionné plus haut. Je me demande juste comment elle (et son audition) a survécu au premier rang de Knebworth avec ses parents !

Liam Gallagher, My generation

En revanche, cette fillette est un exemple tout à fait réaliste de comment Liam est l’une des rares rock star à fédérer. On vient le voir en famille désormais ! On ne peut lui enlever ça. Lui-même, pourtant habitué à ne pas révéler ses failles, dévoiles quelques aveux de faiblesse : « Ma voix n’était pas toujours au top, mais l’important c’était de réunir tous ces gens« . Il a raison. Et ce n’est sans doute pas pour rien qu’il est monté sur scène en scandant ses idoles avec une citation de I Am The Walrus des Beatles (titre très souvent repris en live par Oasis) : « I am he as you are he as you are me / And we are all together« . Il brasse du monde, de 5 à 80 ans. Exemple avec cet ado de 16 ans à Edimbourg, qui fait figure d’ovni dans son lycée car il a un t-shirt My Bloody Valentine. Logique. Et pourtant, en tant que quadra, je trouve ça tellement cool que cet héritage atteigne certains jeunes de la génération suivante. Comme ce groupe de mecs qui lance : « Ca fait 26 ans qu’on attendait ça… même si on n’a que 21 ans !« 

Liam Gallagher fait parler

Liam (et la production) a aussi tout compris pour rassembler du monde. La première partie est assurée par différents groupes, plus ou moins connus, comme Goat Girl. Si Kasabian a déjà fait ses preuves sur comment créer des hymnes de stade, le choix de Fat White Family est intéressant : « Ce n’est pas le même style, mais ça fait parler« . C’est sûr, les mecs sont tellement barrés, ça fait parler ! « J’aimerais voir Liam Gallagher bourré. Mais il parait qu’il a une horde de flics autour de lui pour s’assurer qu’il ne boive pas trop pour le concert » déclare l’un des membres qui semble avoir pris autant de pintes qu’il a perdu de dents ! (ci-dessous au festival Wide Awake, pas à Knebworth).

2 concerts à Knebworth, possibles grâce à l’héritage d’Oasis

On voit aussi toute la préparation que demande un tel concert, surtout après 2 ans de Covid : difficultés à trouver des barrières de sécurité, des bus… ! Bienvenue en 2022. On suit aussi, de façon relativement éloignée, l’entourage de Liam. Que ce soit le groupe qui l’accompagne, mais aussi sa femme Debbie, qui est très discrète mais bien présente. On y aperçoit ses deux fils : Lennon, très furtivement quand il arrive en backstage, et Gene qui vient faire de la batterie additionnelle et qu’on voit sur pas mal de plans de la fin.
Et puis on ne peut évoquer ce documentaire sans faire référence à une autre partie de la famille Oasis : Noel, dont on n’entend jamais ni la voix, bien sûr, ni le prénom. Logique, les frères sont toujours en guerre, notamment juridique. C’est pour cette raison qu’il n’y a aucun morceau d’Oasis dans ce documentaire : Noel n’a pas donné les droits pour utiliser les tubes d’Oasis ! Si cela a été l’occasion pour Liam d’insulter son frère (« No oasis songs as the angry squirt has blocked them he also blocked the oasis I sang for Taylor Hawkins tribute he’s a horrible little man« ), cela a peut-être fait l’inverse de l’effet escompté : ça renforce Liam sur sa capacité à fédérer presque 3 générations avec ses propres titres ! Même si la magie du montage nous fait croire que le concret commence par Wall of Glass. En réalité, ce titre était précédé de l’incontournable Fuckin in The Bushes en intro/warm-up, Hello, Rock’n’roll Star et Morning Glory ! Et que ça se terminait avec 2 rappels de 6 titres d’Oasis dont Champagne Supernova avec John Squire des Stone Roses (voir ci-dessous)… Soit sur chaque soir, 10 titres de Liam, et 12 d’Oasis !
Donc certes, si Liam peut fédérer ainsi, c’est aussi grâce à l’héritage qu’il a construit avec son frère à la grande époque d’Oasis. Mais s’il peut faire 2 Knebworth à lui seul, c’est aussi car il conserve et travaille son image de frontman. Certes grande gueule, mais sincère. Et contrairement à certaines prestations du passé, il respecte le public, est reconnaissant.

Liam Gallagher fédère
Liam Gallagher sauve des vies
Liam Gallagher transmets le fuckin’ rock’n’roll aux générations futures
Liam is fucking biblical
Liam is king
You (fucking) know what I mean ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici