Live Report : Suede à La Cigale (Paris) le 3 octobre 2018

Après un retour tonitruant en 2013 et presque 10 ans d’absence, Suede confirme sans scrupules qu’une reformation peut être signe de qualité. Les voilà sur la scène de La Cigale pour présenter leur huitième album studio : The Blue Hour pour un concert mémorable.

Suede, une histoire d’ADN

L’histoire entre Suede et moi remonte à mon adolescence, éduqué avec les « oh oh oh » de Animal Nitrate à l’heure où les boys band faisaient fureur dans la cour du collège. Depuis, Suede est ancré dans mon ADN… Etrange sans doute car j’écoute (et apprécie) les albums récents au moment de leur sortie, mais j’écoute assez rarement Suede au quotidien. Mais pour les avoir vus quelques fois en live, le groupe partage une telle maîtrise de la scène, avec un Brett Anderson toujours aussi classe, dynamique et dandy, que l’envie d’y revenir fait systématiquement surface à leur passage en France, même sur une date unique. C’était ma septième fois hier soir, bien peu par rapports à certains croisés sur ces pages – coucou Chris et Christophe, vous qui comptez plus de 100 concerts de Suede à vous 2 !

Le rideau en guise de préliminaires

Que vaut le Suede live de 2018 ? A vrai dire, rien de très nouveau, ce qui est quelque part très rassurant. Voilà presque 30 ans que le groupe existe, Brett Anderson a tout juste 51 ans (c’était son anniversaire il y a quelques jours) et l’énergie déployée est toujours la même. Le concert commence derrière un fin rideau transparent sur lequel ne sera pas projeté de film comme sur la dernière tournée. Cette sensation est plaisante car on sait que le rideau va tomber, sans savoir quand. Le groupe joue quelques morceaux, dont un I Don’t Know How To Reach You parfaitement de circonstance où Brett colle sa main contre le rideau sans pouvoir atteindre son public.
Suede La Cigale Paris 2018 Live report
En fait, Brett derrière un rideau transparent, c’est un peu comme faire l’amour avec une capote : c’est mieux que rien, mais c’est frustrant ! Mais les préliminaires ne dureront pas longtemps et au bout de quatre titres, le rideau glisse et Brett lance une série de 30 minutes de tubes non stop. Il est déchaîné, saute partout, se met à genoux, à plat ventre, tend ses mains à tout le monde. Il est dans une forme olympique, chemise trempée et ouverte en quelques minutes.

Profondeur cinématographique

Suede La Cigale Paris 2018 Live Report SetlistCertes, le groupe a évolué musicalement, nous plongeant çà-et-là dans un univers cinématographique assez sombre, déployant des morceaux de cordes langoureux et habités par la voix profonde de Brett. Les nouveaux morceaux que sont As One (parfait en intro, sur album comme en live) ou Tides résonnent parfaitement en live, appuyant sur la profondeur du groupe. Mention spéciale à Tides justement, très Bowiesque en concert et qui s’annonce comme un moment fort et intense des prochains concerts. Ces morceaux sont venus à un moment parfaitement opportun après la déferlante de tubes. Brett était totalement absorbé dans son numéro, soutenu par un lightshow parfait et un son impeccable. Les deux mains posées sur le micro, genoux légèrement fléchis, déhanché légendaire, Brett assure les poses, tout comme il maîtrise le micro-hélicoptère sur les hits, l’une de ses marques de fabrique scénique d’ailleurs immortalisée sur la belle pochette du live anniversaire de Dog Man Star dont on aura 2 extraits ce soir dont le très beau The Asphalt World.

Un rythme parfait

Pour autant, si ce live 2018 a autant de saveur, c’est que Suede sait parfaitement rythmer sa setlist, alternant les tubes incontournables dont on ne se lasse pas (Metal Mickey, Trash, So Young, Animal Nitrate, We Are The PigsBeautiful Ones en rappel) avec les nouveaux morceaux qui ont déjà des allures de classiques (Wastelands, Cold Hands).

Les morceaux des deux derniers albums font eux aussi figures d’incontournables et n’ont pas à rougir devant les piliers d’antan. Outsiders et It Start And Ends  With You notamment. Snowblind ou Hit Me auraient eu parfaitement leur place. Cold Hands, extrait du tout récent The Blue Hour, sonne vraiment super bien malgré quelques problèmes de justesse de Brett.


Le reste du groupe est à l’image de ce qu’on lui connaît : Matt se dandine parfaitement à la basse, Simon assure sur sa batterie à violette paillettes, Richard assure les riffs de guitare avec son teint toujours aussi blafard et une nouvelle allure (barbu et clairement amaigri par rapport à la dernière fois), tandis que Neil donne toujours cette impression de s’emmerder royalement derrière ses claviers. Pas de doute, on est bien à un concert de Suede et l’alchimie globale couplée cette énergie de Brett impressionnante résonnent toujours aussi fort en moi.

Suede La Cigale Paris 2018Brett seul en scène à la guitare

Dans les nouveautés, Brett nous accordera un moment assez unique, seul sur scène à la guitare acoustique, et sans micro pour interpréter The Big Time, l’un des morceaux de l’excellente compilation Sci-Fi Lullabies. On sera d’ailleurs particulièrement gâtés avec My Insatiable One, autre extrait de cette même compilation joué cette fois avec tout le groupe. Killing Of A Flashboy ? Non, quand même pas, mais vue la densité de la setlist, on ne peut pas dire que ce soit une déception. D’autant plus que je pense que c’est l’un des meilleurs concerts de Suede que j’ai vus.

En tous cas, la setlist y est pour beaucoup ce soir. Autant j’étais resté un peu mitigé sur la dernière prestation du groupe à Paris en janvier 2016, avec cet écran aussi esthétique que frustrant, autant le set d’hier soir a permis d’alterner les moments puissants et profonds, avec les gloires du passé. On regrettera toutefois de ne pas avoir entendu Life Is Golden, nouveau single qui aurait fait un final parfait et qui était prévu sur la feuille de concert. Brett a en effet indiqué « We’ll do a very short encore » en lançant Beautiful Ones. Une histoire de couvre-feu instauré par La Cigale à 22h30 ? Aucune idée.
Tant pis, les années passent et le groupe évolue bien. La coupure au milieu des années 2000 leur a certainement fait du bien pour casser la routine et la lassitude. Suede « deuxième cuvée » est le contre-exemple parfait de la reformation foirée : une bonne évolution discographique et des concerts exemplaires. Vivement le prochain ! Les plus chanceux pourront les voir la semaine prochaine à Londres avec The Horrors. La classe.
Vous trouverez de belles photos sur la page du photographe Mauro Mélis.

Suede, Setlist La Cigale 2018 Paris

As One

I Don’t Know How to Reach You

Wastelands

Outsiders

Cold Hands

The Drowners

We Are the Pigs

So Young

My Insatiable One

Tides

Roadkill

The Asphalt World

It Starts and Ends With You

Filmstar

Metal Mickey

Trash

Animal Nitrate

The Big Time (Brett solo à la guitare)

The Invisibles

Flytipping

—–
Beautiful Ones

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !

Articles similaires

Live Report : Suede à La Cigale le 28/01/2016 On ne va pas redire ce que toutes les critiques ressassent sans cesse sur le retour de Suede : nostalgie britpop,  pop glam influencée par le grand Bo...
Live Report – Suede à La Cigale le 11 novembre 2013 – Festival Les Inrocks En programmant Suede à La Cigale, le festival des Inrocks nous a fait plonger dans la nostalgie britpop de 95 ! Un set énergique avec un Brett Anderso...
Live Report – Suede à l’Elysée Montmartre le 28 novembre 2010 C'était ce soir le grand retour de Suede après 7 ans d'absence ! Indiscutablement le retour pop le plus attendu de 2010. Le groupe au grand complet no...
The Horrors – V – Une évolution constante Et si The Horrors devenaient un groupe incontournable ? C'est en tous cas ce que ce cinquième album peut laisser supposer, tant le groupe s'affirme av...
Pulp à l’Olympia le 13 novembre 2012 Grand retour de Pulp en France après plus de 10 ans d'absence pour la clôture du festival des Inrocks 2012, le show livré par le légendaire groupe de ...

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *