Playlist pop rock indé – Mars 2022

0
158
Playlist
Crédit: Pexels @inspiredimages. Image libre d'utilisation

Voilà un mois de mars bien rempli avec plein de découvertes !

Ca commence avec les anglais de EX-VÖID, qui ne sont autre que certains membres du groupe Joanna Gruesome. C’est rapide, noisy, punk-pop, powerpop. Bref, ça déboite. Lire la chronique complète de Ex-Vöid ici. Les Australiens de BAKERS EDDY enchaînent le pas sur un premier album tout aussi énergique. On enchaîne ensuite avec 3 groupes français, à savoir FONTANAROSA, signé chez l’incontournable label Howlin Banana, avec l’un des meilleurs albums de 2022 qui fait d’ailleurs l’unanimité. Du rock garage comme on aime, et qui dénote par son sens travaillé des ambiances, des dissonances ce qui en fait un disque très intéressant. Premier EP pour MIDSCALE, un groupe formé par des membres d’un peu partout en France. Il y a du shoegaze, parfois un côté new wave plutôt cool. Donc soutenons les jeunes groupes ! C’est le cas de SOMEWHERE UNDERWATER, un groupe mené par un Français basé en Allemagne (lire la chronique ici) et qui sort un single de dreampop lo-fi-psyché toujours aussi cool.

Cette playlist fait aussi la part belle aux groupes et artistes moins connus : 

EADES est groupe de Leeds né pendant le confinement et qui sort son premier album. Ces jeunes gens revendiquent leur passion pour Lou Reed ou David Byrne et ça s’entend. Ils ont beau être du Nord de l’Angleterre, leur album sent le bon rock garage américain. J’aurais presque juré un nouvel album de Parquet Courts ! On notera l’arrivée des danois de KINDSIGHT, premier groupe non suédois signé sur le label de Stockholm Rama Lama Records. Leur album n’est pas plus punk que suédois que le titre le laisse penser (Swedish punk). On alterne plutôt entre indie pop tellement nordique lorgnant vers les aînés de la Cassette C86, douceurs froides et autres ballades pop plutôt bien ficelées avec de jolis arpèges de guitare. JEREMY IVEY quant à lui est un artiste américain qui n’a pas eu de chance et s’est fait tout seul. Des problèmes cérébraux dû aux addictions de sa mère, il a été placé dans une famille d’accueil très stricte qui l’a coupé du monde extérieur ! Il quitte la Géorgie et s’installe à Nashville où il s’affirme. Au point de sortir son déjà troisième album. Connaissant le contexte du bonhomme en arrière-plan, l’album prend une toute autre résonance. On y retrouve de jolies chansons, souvent des ballades poignantes joliment orchestrées, rappelant parfois Elliott Smith ou Kevin Morby.

On retrouve ensuite, dans le désordre, quelques pointures comme BELLE AND SEBASTIAN. Je n’ai jamais été très fan de ce groupe, mais pour le coup j’ai beaucoup aimé leur nouveau single extrait de l’album à sortir en mai. PETER DOHERTY & FREDERIC LO ont eux-aussi fait l’unanimité sur un album plein de sensibilité, aux jolies mélodies so british et qui ressuscitent définitivement l’ami Doherty. Retour gagnant aussi pour l’allemand GET WELL SOON et un album très costaud (1h), toujours très bien produit et plein de surprises. Deuxième album pour les américains de BODEGA. J’ai moins accroché que le premier album, peut-être parce que c’est moins direct, moins « tatapoum ». Dans les vieilles figures, on notera le nouvel album des londoniens de THE MONOCHROME SET. Projet qui a connu de multiples membres depuis sa fondation dans les années 80 mais qui reste mené de main de maître par Ganesh Seshadri. Un album riche en arrangements, avec de jolies cordes, guitares, chœurs. On pense souvent à Divine Comedy, parfois à Morrissey j’ai trouvé aussi. Parmi les groupes connus, c’est le retour de BAND OF HORSES avec le septième album pour le groupe de Seattle avec un titre (Things Are Great) assez peu révélateur de la vie du groupe. En effet, Ben Bridwell reste le seul membre originel du groupe. Ce fut une bonne surprise pour moi, étant souvent passé à côté de ce groupe que je trouvais, peut-être à tort, trop langoureux, trop proche d’un Mercury Rev qui ne me passionne pas. Bref, et album m’a plutôt embarqué et me donnera peut-être envie de revenir sur la discographie du groupe. Et comment ne pas passer à côté de ALDOUS HARDING ? J’avoue que j’ai failli la zapper. La néo-zélandaise à la voix chaleureuse assure un quatrième album à la production impeccable, assurée par John Parish. Un mélange de folk originale teintée de psyché qui m’a parfois rappelé This Is The Kit.

Playlist rock indé Mars 2022 sur Spotify

Playlist indie pop rock indé Mars 2022 sur Deezer

Playlist indie pop rock indé Mars 2022 sur Youtube