Meilleurs albums 2010 – de 30 à 21

top2010-30-cocosuma

Cocosuma est un trio parisien (avec une chanteuse anglaise) qui incarne une certaine notion de la fraîcheur électro-pop que l’on avait presque oubliée depuis les publications du label Tricatel. Ici, le label s’appelle 3rd Side et couve sous son aile les réjouissances françaises que sont Tahiti Boy & The Palmtree Family (partiellement recyclé en The Lillies cette année) ou encore Syd Matters. Le Début (pourtant le cinquième album) va explorer les méandres électroniques des boites à rythmes auxquelles viennent s’entremêler des guitares claires. Parfait pour commencer à groover.

top2010-29-mice-paradeDerrière ce groupe se cache Adam Pierce, ancien batteur des Swirlies, talentueux groupe shoegaze de Boston qui reste aujourd’hui encore complètement méconnu. Pourtant, la discographie de Mice Parade compte déjà huit albums et une maturité qui a d’égale au moins la curiosité. Cet album complètement inattendu, et sans doute l’un des plus variés de ce classement, mélange les genres avec beaucoup de talent, pouvant passer de rythmes africains (Kupanda) à de l’indie rock pure souche sortie des tiroirs de Dinosaur Jr.  (Mallo Cup)! L’homme  qui a trouvé un nom de groupe grâce à un anagramme de son nom n’a pas fini de nous surprendre.

Mice Parade – Mallo Cup
top2010-28-fyfe-dangerfield

Attention, mode crooner ouvert ! Fyfe Dangerfield, tête pensante des Guillemots, tente une échapée belle en solitaire sous le signe de la séduction. Fyfe Dangerfield a su également s’attirer le respect de Sir Paul McCartney qui lui a avoué en personne son admiration. Sans la notoriété de ce dernier, on en fera autant d’un album remarquablement bien orchestré, variant entre chansons folk et grandes envolées à cheval entre les Flaming Lips et les Manic Street Preachers.

Fyfe Dangerfield – Faster Than The Setting Sun
top2010-27-herzfeld-orchestra

Herzfeld est un label strasbourgeois fondé en 2005 qui a décidé de rassembler les membres de plusieurs de ses groupes pour former un orchestre qui compose ses morceaux collectivement. Cette mixité offre alors des morceaux aux style variés, de la pop-folk song (Close To The Bone, The Axe) à la balade électro intimiste (Supermarket Song) en passant la grande parade farfelue (Silver Lining). Un album étonnant et complètement déformaté !

Herzfeld Orchestra – Supermarket Song

top2010-26-magic-kids

L’ombre de Brian Wilson n’a pas fini de plâner… Faire d’une simple mélodie un véritable hymne pop, voilà la mission que semble s’être posé le groupe de Memphis. Allant également chercher du côté de Belle & Sebastian, le sextette ajoute à ses morceaux une bonne dose d’instruments variés (violons, hautbois…) qui témoigne d’un talent d’orchestration qui va au-delà de ce que l’album pourrait laisser penser au premier abord. Un excellent revival californien des années 60 et 70.
Magic Kids – Hey Boy

top2010-25-clinic

Souvent rangé dans la catégorie « post punk revival », Clinic a décidé de surprendre tout le monde en débranchant ses guitares au profit de compositions douces, veloutées, mais toujours tordues. I’m Aware ferait presque penser au début de Je T’Aime… Moi non Plus de Gainsbourg mais le reste de l’album nous fait bien comprendre que la rage des amplis d’antan n’est jamais loin (Lion Tamer) malgré une douceur assumée (Milk & Honey).

Clinic – I’m Aware

top2010-24-anyversionofme

Derrière ce nom kaléidoscopique se cache Guillaume Lépine, prof de sport dans la « vraie » vie, musicien talentueux fan des Beatles et de la pop des années 60 dans la vie qui nous intéresse sur ce blog. L’accroche est directe dès Monday et Seems Like Everyday Is Something New, parfait mélange entre les Beatles et les Kinks. La suite, plus mélancolique, réveille le fantôme de Brian Wilson, toujours et encore, par des arrangements finement orchestrés. Un album complet et complexe en écoute intégrale ci-dessous.

top2010-23-tokyo-police-clubDes riffs entre Nada Surf et The Strokes, en témoignent Favourite Colour ou encore Boots of Danger. Des morceaux accrocheurs qui s’écoutent facilement, des wouh-ouh, un tambourin, des synthés électro. Vous mettez tout ça dans un grand sac, secouez bien fort et obtenez Champ, ce deuxième album du combo canadien.

Tokyo Police Club – Favourite Colour

top2010-22-broken-bells

Mentionné plusieurs fois sur ce blog, Broken Bells a créé un petit buzz en début d’année (voir ici) avec l’un des meilleurs singles de 2010 : The High Road. Savant mélange du songwriting de James Mercer et de la production de Danger Mouse, l’album peut décevoir sur la durée, mais tend à se bonifier avec le temps. Entre Air (Citizen) et Badly Drawn Boy (October).

Broken Bells – The High Road

top2010-21-nada-surfNada Surf fait partie des rares groupes dont on ne peut contester la discographie. Depuis des années, le trio mené par Matthew Caws enchaîne les albums avec un sens de la composition powerpop parfaitement abouti. Le groupe francophile s’offre une petite récréation avec un album de reprises très plaisant, parfois dans un genre proche de son propre répertoire (Nada Surf qui reprend The Soft Pack, fallait le faire !). Ludique et jouissif.

Nada Surf – Electrocution

Soyez sympa, partagez !
Concerts Belle and Sebastian
 
Belle and Sebastian à Paris - 1 novembre 2019

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *