Radiohead : live report du zénith les 23 et 24/5/16 (Paris)

radiohead-zenith-paris-live-report-2016Un concert de Radiohead est toujours un événement. Encore plus quand la tournée annoncée se révèle être très courte et que l’on ne sait pas quel sera le ton de l’album à promouvoir. Qu‘importe, les places pour les concerts parisiens du groupe au Zénith se sont arrachées en quelques minutes. Les happy fews se sont donc retrouvés les 23 et 24 Mai dernier pour assister à la grand messe de Radiohead.

Holly Herndon, première partie en accord avec Radiohead

La première partie est assurée par Holly Herndon, jeune américaine proposant une musique électronique en total accord avec les influences dans lesquelles puissent la bande à Thom Yorke depuis le virage Kid A. Beats hypnotiques, samples de voix entêtantes, et écran géant sur lequel sont projetées des images de synthèse qui semblent tout droit sorties des 90’s. Très agréable et cohérente première partie donc qui a le mérite de faire monter l’ambiance déjà surchauffée.

Un début difficile

Radiohead débarque sur scène à 21 heures pétante et entame les hostilités avec l’excellent Burn the Witch, premier extrait du dernier album A Moon Shaped Pool, et plage qui ouvre cet album. La scène, comme d’habitude avec Radiohead, est à la fois simple, élégante, discrète et classe. Des effets de lumière magnifiques et 6 écrans verticaux sur lesquels sont projetés les membres du groupe plus Clive Deamer, batteur additionnel depuis la tournée précédente. Cette scène ne fait que sublimer les compos jouées par le groupe. Ce début de concert est marqué par le dernier album. S’en suivent ainsi les titres assez calmes comme Daydreaming, Decks Dark, Desert Island Disk et Ful Stop. On s’inquiète alors de la tournure du concert qui peine à décoller comme ce fut le cas sur la tournée King Of Limbs. Curieux choix pour débuter un concert…

L’explosion

Il faut attendre le sixième titre, Lotus Flower, pour que la prestation du groupe prenne une autre dimension. A partir de ce titre, le concert devient vraiment intense puisque vont suivre The National Anthem, My Iron Lung, No Surprises, Bloom. Le public est aux anges. Le groupe est en parfaite symbiose musicale. S’ensuit une phase à nouveau calme et électro très caractéristique de la carrière du groupe depuis In Rainbows. Identikit, The Number, Separator, The Gloaming viennent apaiser le Zénith avant l’explosion… Le calme est vite oublié quand les premières notes inquiétantes de Evertything In Its Right Place sont jouées. Idioteque et Bodysnatchers finissent d’achever le Zénith comblé de bonheur.

Deux rappels de titres forts et variés

Le groupe se retire pour mieux revenir. Deux rappels de sept titres font la part belle aux titres du dernier album (True Love Waits, Present Tense, Tinker Tailer) mais surtout des classiques comme Weird Fishes/Arpeggi, le chef d’œuvre Paranoid Android, le très rare incontournable Creep (un événement anecdotique) pour conclure finalement un set de 2h20 sur le superbe Pyramid Song. « See you in November » nous dit Thom Yorke…

Deux grands concerts

On sort du Zénith aux anges, sur un nuage et rassuré de ne pas avoir dû revivre la tournée King Of Limbs beaucoup moins attrayante dans le choix des setlists, et donc assez frustrante et soporifique. Sur cette tournée (qui n’est qu’un warm-up géant) Radiohead a su créer une cohésion dans la composition structurelle de leurs concerts. Ainsi, le show du lendemain gardait la même ligne directrice mais variant les anciens titres joués (Airbag, Talk Show Host, Climbing Up The Walls, There There, 2+2=5, Karma Police). Radiohead fait partie de ces groupes comme The Cure ou Bruce Springsteen qui ont su tirer profit de leur grandiose carrière pour créer la surprise à chaque titres joués. On espère, comme l’a promis Thom, un retour par chez nous, mais sans doute dans de plus grandes salles.

Merci à François Delporte pour la chronique

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !
Concerts Thom Yorke
Attente billetterie
Thom Yorke à Paris - 8 juillet 2019

Articles similaires

The Slow Sliders, une émotion digne des Smiths et des Beach Boys The Slow Sliders est un groupe nantais qui vient de sortir un premier album d'une puissance émotionnelle incroyable. Récit de ce coup de cœur en mode ...
Gaz Coombes – World’s Strongest Man – L’album solo de la maturité Gaz Coombes avait déjà fait preuve de maturité avec Supergrass. Des débuts très brit-powerpop dans les années 90, des prises de risque avec Supergrass...
Gengahr – Where Wildness Grows – Ou comment éviter la mièvrerie qui rôdait Les anglais de Gengahr s'étaient fait remarquer avec leur premier album à la patte personnelle. le second opus évite l'écueil de l'album raté, avec un...
A gagner : 2×1 places pour The Frank & Walters au Petit Bain (Paris) le 15/12/17 Le groupe irlandais The Frank & Walters vient fêter les 20 ans de son deuxième album. Un album riche en mélodies imparables qui sent la simplicité...
Les vidéos de rock indé, garage, grunge, britpop… qui t’éviteront de te perdre... On passe tous des heures sur Youtube. En tous cas en temps cumulé. Et on tombe parfois sur des dizaines de bouses au son dégueu, tout comme sur des pé...

Comments

comments

Un commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *