Everything Everything – A Fever Dream – Album cohérent et maîtrisé

everythin-everything-a-fever-dreamEverything Everything est un groupe qui laisse rarement indifférent, en général on adore ou on déteste et ce quatrième album ne devrait pas changer les choses. Deux ans après Get to Heaven, voici donc A Fever Dream, recueil de 11 nouvelles chansons du groupe de Manchester.

Une discographie mitigée

J’ai découvert le groupe avec Man Alive, leur premier album sorti en 2010, n’avais pas accroché avec Arc, leur second (qui comportait pourtant quelques très bonnes chansons comme Kemosabe) et ai adoré leur précédent, Get To Heaven sorti en 2015. Je craignais donc un peu ce nouvel album…

Dès la première chanson, Night of the Long Knives, on retrouve tout ce qui rend ce groupe si caractéristique, le timbre et le flow de Jonathan Higgs et un son particulier et atypique. On reste dans un tempo élevé avec Can’t Do, premier single issu de l’album puis Desire, second single.

Plus de maîtrise pour un album plus cohérent

On se dit que la machine est bien lancée, même si ces premiers morceaux n’ont pas les changements de tempo dont le groupe est si friand. Puis arrive Big Game, plus expérimentale et pour moi la chanson la moins réussie de l’album avec Ivory Tower, l’avant-dernière chanson. L’impression ne dure guère avec Good Shot, Good Soldier qui montre que le groupe sait encore user avec brio des variations de sons et de tempo au sein d’un même morceau. C’est d’ailleurs confirmé par le morceau suivant Run the Numbers. Mais la meilleure transition reste celle effectuée au piano sur A Fever Dream.

Put Me Together entre temps puis New Deep et White Whale, les dernières chansons, prouvent ensuite que même sur des morceaux plus lents, le groupe est capable de faire de bien belles choses. L’ensemble de l’album semble plus cohérent que le précédent et on sent que le groupe a gagné en maîtrise, tout en gardant le caractère original de ses compositions. Bref, cet album est une réussite et comme dit dans A Fever Dream, ‘Be honest, you want it’.

Pour info, le groupe se produira à la Maroquinerie à Paris le 21 septembre 2017.

>Chronique proposée et rédigée par Nicolas Z, follower fidèle de Merseyside. Merci à lui 🙂

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

 

Soyez sympa, partagez !

Articles similaires

The Apartments – Fête foraine – Album classieux et profond Le groupe The Apartments, autour de son songwriter génial Peter Milton Walsh, revient avec une réédition de Fête Foraine sorti en 1996. Un album acous...
A gagner : 2×2 places pour Millionaire + The Psychotic Monks à Lille (Soirée «&... Un peu de tatapoum sur Merseyside.fr ! Le groupe Millionaire, accompagné des grosses guitares des Psychotic Monks en première partie, sera à l'affiche...
Garciaphone – Dreameater – Quand Elliott Smith rencontre les Pixies Garciaphone est un groupe français auteur de merveilleuses chansons dotées d'un sens du songwriting inspiré autant d'Elliott Smith, des Pixies que de ...
Les Rolling Stones à l’U Arena : Jagger et Watts parfaits, Ron et Keith pathétiques.... Les Rolling Stones en concert, l'événement de l'année ? Sans doute pour le buzz. Mais pour les fans de musique, l'heure est venue de constater que les...
A gagner : 2×1 places pour Ulrika Spacek au Point FMR (Paris) le 20/11/2017 Les londoniens Ulrika Spacek viennent présenter leur deuxième album English Modern Decoration le 20 novembre au Point FMR. Merseyside et le Point FMR ...

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *