Ulrika Spacek – English Modern Decoration – Râpeux et parfaitement dissonant

ulrika-spacek-english-modern-decoration

Le rock râpeux et dissonant des anglais d’Ulrika Spacek fait son retour avec un deuxième album moins accessible mais très convaincant. Un groupe qui s’affirme tranquillement comme une référence du genre.

Ulrika Spacek, entre Deerhunter et Sonic Youth

Les anglais livrent déjà un deuxième album, moins d’un an et demi après leur premier opus remarqué. A la croisée des chemins entre Deerhunter (Silvertonic, Full of Men) et Sonic Youth (Ziggy), le groupe régale avec son rock râpeux et dissonant comme on aime. L’album va un peu plus loin dans l’expérience sonore qui en fait indiscutablement l’une des réussites de l’année.

On retrouve l’équilibre noisy teinté de riffs dissonants dont Everything, All The Time est particulièrement révélateur. Le groupe marque aussi un peu d’apaisement avec quelques titres lents (Modern English Decoration). Certains reprocheront une structure très proche entre les morceaux. Certes.

Je trouve que ça crée plutôt une unité qui va parfois plus loin dans l’expérimentation sonore. A l’écoute de l’album dans son intégralité à plusieurs reprises, on prend justement le temps de se plonger dans ces détails sonores qui font de Ulrika Spacek un groupe si caractéristique. Dead Museum en est un bon exemple, tirant le son et la distorsion en longueur. English Modern Decoration est en effet moins accessible que son prédécesseur, n’a pas l’accroche que peut provoquer un Strawberry Glue sur le premier album. Il existe presque un malaise sonore provoqué par les dissonances noisy  (Victorian Acid) que les plus aventureux iront chercher.


Et pourtant, comment ne pas se laisser embarquer par la fluidité d’un Protestant Work Slum, de loin beaucoup plus captivant que de nombreux albums qui sortent en ce moment. Assurément l’un des albums de l’année.

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !
Concerts Deerhunter
Attente billetterie
Deerhunter à Besançon - 30 mai 2018
 
Deerhunter à Bordeaux - 4 juin 2018
 
Deerhunter à Lille - 6 juin 2018

Articles similaires

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Who Built The Moon? – Même pas un o... Noel Gallagher sort son troisième album solo depuis la séparation d'Oasis. Si son désir de faire quelque chose de nouveau est tout à fait louable, le ...
A gagner : 2 places pour Idles à l’Aéronef (Lille) le 6/12/17 Tu as envie de fêter la Saint Nicolas sur fond de rock crado qui sent la sueur et la bière chaude ? Viens donc tenter ta chance pour participer au con...
The Apartments – Fête foraine – Album classieux et profond Le groupe The Apartments, autour de son songwriter génial Peter Milton Walsh, revient avec une réédition de Fête Foraine sorti en 1996. Un album acous...
Garciaphone – Dreameater – Quand Elliott Smith rencontre les Pixies Garciaphone est un groupe français auteur de merveilleuses chansons dotées d'un sens du songwriting inspiré autant d'Elliott Smith, des Pixies que de ...
Les Rolling Stones à l’U Arena : Jagger et Watts parfaits, Ron et Keith pathétiques.... Les Rolling Stones en concert, l'événement de l'année ? Sans doute pour le buzz. Mais pour les fans de musique, l'heure est venue de constater que les...

Comments

comments

2 commentaires

  • Ayant raté la sortie de leur premier album, j’a commandé les deux ensemble et j’aovue que pour le moment, j’ai plus apprécié le premier.
    A la lecture de l’article, je me dis qu’il va falloir que j’écoute le second plus attentivement.

    Mais c’est effectivement un groupe à suivre.

  • Je pense que je préfère le premier aussiµ. Mais les deux sont vraiment complémentaires et forment presque un tout. Le groupe les décrit d’ailleurs comme frère et sœur.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *