The Limiñanas – Shadow People – Velvet, Gainsbourg et New Order

the-liminanas-shadow-peopleLes Limiñanas ne sont pas le dernier groupe brésilien à la mode. Ils sont français, de Perpignan exactement, et en activité depuis les années 80 (sous différents noms auparavant). Leur notoriété s’est surtout établie à l’étranger, dans des pays qui ont compris le talent de ce groupe qui s’apprête (enfin) à la reconnaissance dans son pays natal.

Je garde un souvenir bon, quoiqu’un peu flou de leur album précédent, Malamore. Depuis, le groupe avait donné un avant-goût de son album avec un EP sorti fin 2017 où les sonorités très 70’s m’avaient déjà accroché l’oreille. C’est donc une confirmation avec l’album entier : les Limiñanas ont la faculté de trouver un équilibre parfait entre ADN très frenchy et influences anglo-saxonnes, là où pas mal pourraient se vautrer. Le single éponyme en est l’exemple typique. Quoique… on aurait pu le retrouver aux côtés de Sing Sing de Ultra Orange et Emmanuelle Seigner, morceau qui a (déjà) plus de 10 ans.


Velvet Underground, Gainsbourg et New Order

A l’écoute de l’album, on se sent autant sur le territoire de Gainsbourg (Le Premier Jour, Trois Bancs) que du Velvet Underground qui virerait bien noisy (Istanbul is Sleepy en collaboration avec Anton Newcombe du Brian Jonestown Massacre) ou bien sûr de New Order (The Gift, en collaboration avec Peter Hook).



Les Limiñanas gardent la tête froide malgré les collaborations réputées. Ils sont là pour faire ce qu’ils aiment, et le font bien. La réussite de cet album est sans doute due à son authenticité. Les Limiñanas sont des gens de l’ombre qui font les choses avec beaucoup de sincérité, et cela se ressent. Si leur but n’est pas la célébrité, nul doute que cet album leur apportera néanmoins une certaine carrure. C’est mérité. Coup de cœur du mois !

Quelle bière boire en écoutant Shadow People des Limiñanas ?

brewdog_dead_pony_clubJe vois une bonne pale ale avec cet album, pour le côté escapade, les grands espaces américains qu’on imagine au volant d’une Cadillac de collection sous le soleil américain. Une Orval (même si elle est belge et plutôt trappiste) ferait très bien le boulot avec sa belle couleur orangée, son nez houblonné et sa bonne pétillance en bouche. Mais encore mieux, la Dead Pony Club de chez Brewdog fonctionnerait très bien. Avec son nom de groupe de rock, légère (3,8%) mais avec du caractère, son nez très floral, sa rondeur maltée en bouche et sa faible persistance assureront parfaitement le voyage des Limiñanas.

Bière à consommer avec modération, contrairement aux Limiñanas !

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !

Articles similaires

Sélection de concerts d’été au Point FMR (Paris) C'est l'été, on est champions du monde, et tout le monde passe en mode "feel good". Le Point FMR n'a pas attendu la coupe du monde pour ça, et reste b...
La Cuche, bière artisanale inspirée de Janis Joplin ? La Cuche est une bière d'un brasseur qui produit en quantité très limitée. Frank, un tout petit brasseur des Alpes, commence tout juste à la commercia...
The Jesus And Mary Chain à l’Aéronef (Lille) le 2 juin 2018 – Live report Groupe incontournable de la scène indé britannique depuis 30, The Jesus And Mary Chain étaient de passage à Lille samedi 2 juin. LE rendez-vous de sho...
Arctic Monkeys au Zénith de Paris le 29/05/18 Voilà 5 ans que les singes de l’arctique n’étaient pas passés en France. Événement donc après cette longue attente au Zénith de Paris où le groupe de ...
Gaz Coombes – World’s Strongest Man – L’album solo de la maturité Gaz Coombes avait déjà fait preuve de maturité avec Supergrass. Des débuts très brit-powerpop dans les années 90, des prises de risque avec Supergrass...

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *