The Horrors – V – Une évolution constante

ThehorrorsvEt si The Horrors devenaient un groupe incontournable ? C’est en tous cas ce que ce cinquième album peut laisser supposer, tant le groupe s’affirme avec brio au fil des années. V est un album performant et novateur.
The Horrors n’est pas un groupe facile. Des albums un peu déroutants, pas faciles d’accès au début, et puis au fur et à mesure, le groupe a imposé (et trouvé) son style.
En 2007, The Horrors, c’était ça :

En 2011, The Horrors sont moins dark, plus mélodiques, la voix de Faris Badwan a bien évolué :

Et pourtant, alors qu’ils auraient pu s’embourber dans le ventre mou du « post punk shoegaze », The Horrors ont su faire preuve d’une évolution constante… règle à laquelle V ne déroge pas.

Son oppressant et grosse machine électrique

Le quintet anglais m’avait mis dans une situation inconfortable avec Machine, premier single extrait de V : son oppressant, ambiance difficile à appréhender, impression de grosse machine électrique… Mais une fois n’est pas coutume : l’écoute d’un single esseulé n’a souvent rien à voir avec ce même morceau intégré dans l’album. Et c’est exactement ce qui s’est passé. Car j’ai vraiment apprécié Machine une fois remis dans le contexte de V, album pourtant lui aussi assez noir et oppressant, l’artwork appuyant d’ailleurs assez sur cette sensation.

Quoique… car V possède quelques tubes dansants que l’on n’attendait pas : Press Enter to Exit ou Something to Remember en sont la preuve. On voit d’ailleurs mal comment ce dernier pourrait ne pas devenir un single.

V, avec toute son unité, est un album qui apporte son lot de nouveautés : Gathering apporte une touche de guitare acoustique, plutôt rare chez The Horrors qui, une fois bien emballée dans des arrangements et une belle orchestration ne peine pas vraiment à nous embarquer, tout en rappelant certaines ambiances de Suede.

World Below sonne comme du Depeche Mode ou un U2 période inventive (Achtung Baby ou Pop) alors que It’s A Good Life, malgré ses synthés dégueus, montre les progrès de Faris à la voix. On emballe tout ça dans de beaux arrangements, et hop, le tour est joué ! La recette peut sembler facile, mais elle reste rudement bien exécutée, et donc super efficace.

The Horrors en constante évolution

On retrouve sur V autant l’ADN du groupe que sa part d’innovation : les grosses machines électroniques semblent désormais faire définitivement partie du son de The Horrors. Cet arsenal sonore annonce fièrement la puissance du groupe… On sent de gros moyens sur la production, un côté très électronique/technologique (l’intro de Machine) sans pour autant tomber dans le piège de la surproduction. Il y a aussi plein de détails à découvrir au fil des écoutes, comme ces sons autour de 4 minutes sur Press Enter to Exit ! Au global, je reprocherais à cet album des chansons parfois un peu longues (plus de 5 minutes par chanson), mais qui permettent cela dit de vraiment entrer dans l’univers de l’album, loin des codes formatés pour la radio. Et on doit saluer la capacité de The Horrors à évoluer en permanence sans se caricaturer. A vérifier sur scène lors de leur tournée française qui arrive.

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !
Concerts liés à cet article
 
The Horrors à Paris - 24 septembre 2018
 
Suede à Paris - 3 octobre 2018

Articles similaires

The Brian Jonestown Massacre : 2×1 places pour le concert du 23/09/18 à L’Aéron... Groupe culte parmi les groupes cultes, The Brian Jonestown Massacre semble prendre l'habitude de venir tous les deux ans à Lille. Tant mieux pour nous...
A gagner : 3×2 places pour Mercury Rev à l’Alhambra (Paris) le 25/09/18 (et pet... Les américains de Mercury Rev reviennent sur scène à Paris pour fêter les 20 ans de leur album culte Deserter's Song. Pour magnifier l'expérience, le ...
La brasserie du Singe Savant (Lille) : bières et musiques éclectiques La Brasserie du Singe Savant est une micro brasserie installée dans le sud de Lille. J'avais eu l'occasion de goûter quelques unes de leurs bières, ...
Rolling Blackouts Coastal Fever – Hope Downs – Album clair et limpide pour la ... Des Australiens signés sur le prestigieux label Sub Pop et qui ne font pas du rock psyché ! Au contraire, Rolling Blackouts Coastal Fever vont à l'ess...
La Cuche, bière artisanale inspirée de Janis Joplin ? La Cuche est une bière d'un brasseur qui produit en quantité très limitée. Frank, un tout petit brasseur des Alpes, commence tout juste à la commercia...

Comments

comments

Un commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *