Les Rolling Stones à l’U Arena : Jagger et Watts parfaits, Ron et Keith pathétiques. Un concert très pénible

rolling stones u arenaLes Rolling Stones en concert, l’événement de l’année ? Sans doute pour le buzz. Mais pour les fans de musique, l’heure est venue de constater que les légendes sont à côté de leur sujet. Le coup de gueule de François !
Tout passionné de rock a dû voir défiler des quantités de statuts, photos, likes et autres articles sur les réseaux sociaux. Logique, l’U Arena, nouvelle salle de 40 000 personnes à l’ouest de Paris, frappait fort pour son inauguration avec 3 concerts des Rolling Stones. Sur Merseyside, vous n’avez rien vu passer. Ni sur le site, ni sur les réseaux sociaux. Parce que les Stones d’aujourd’hui ne m’intéressent plus vraiment. Plus du tout même. Leur apport à la musique est indéniable, mais voilà bien des années que l’âme des Stones n’est plus. Depuis la disparition de Brian Jones ? Le débat peut durer des heures… Bref, je ne me suis pas déplacé pour les concerts, mais voilà que François, fidèle de Merseyside (et auteur de quelques billets sur ce blog) est allé voir les papys du rock. Et a décidé de lâcher ses quatre vérités…

Pénible… très pénible !

Les Rolling Stones à la U Arena. Alors, comment dire et par ou commencer ? Bon, je vais aller droit au but : ce fut pénible. Très pénible parfois.
Seul Mick Jagger assure d’une façon incroyable. Plus qu’une locomotive, un Boeing qui traîne plusieurs biplans de 1916. Allez, accordons une bonne prestation au bon vieux Charlie Watts toujours métronomique derrière ses fûts.
Ron Wood, parlons franchement… il n’a jamais été un bon guitariste mais il est sympa, c’est la raison pour laquelle il a intégré les Stones après l’immense vide qu’a laissé le départ de Mick Taylor (le plus grand). Et ça s’est confirmé hier soir sur scène : toujours le sourire, un air rigolo mais musicalement, Ron Wood est nul ou presque.
Quant à Keith Richards, on va lui remettre la palme de la légende vivante qu’on va voir pour dire de l’avoir vu (moi en premier) mais, avouons-le : Keith il ne sait plus jouer. Franchement, son jeu traditionnellement nonchalant s’est transformé en un ridicule jeu de fainéant. Incapable de rejouer nettement les riffs légendaire qu’il a composés, proposant quelques solo ridicules, pour le chant sur Happy et Slipping Away, j’évite d’en parler…

Toute cette joyeuse troupe nous offre une setlist best of, assez bonne en ce dimanche, reconnaissons-le. Mais surtout une prestation on ne peut plus brouillonne, parfois à la limite de la bouillie sonore. On a parfois l’impression de se retrouver à la fête de fin d’année du lycée avec le groupe des élèves boutonneux de terminale qui reprend les Stones. Soyons franc, si on enlève le backing band (claviers, cuivres, chœurs, basse) et les effets de lumières sobres mais classes, il ne reste rien sauf Jagger, toujours au top.

rolling-stones-la-u-arena_5

Pas touche aux dinosaures ?

Ce n’est pas la première fois que je vois les Stones. Mais chaque fois j’ai eu la même impression : ils ne m’ont jamais foutu de claque sur scène. Ce fut souvent correct, sans plus. Mais cette date à la U Arena fut le coup de grâce et on se demande pourquoi tous les avis son unanimement dithyrambiques ou presque dans la presse (tout support confondu) ou sur les réseaux sociaux. Mauvaise foi ? Autre dimension parallèle ? Indulgence ? Aveuglement ? Politiquement correct (pas touch’ aux dinosaures) ? Va savoir… Le Monde tempère un peu : « A ses côtés, le visage quasi momifié par les rides et le bandana qui masque sa calvitie, Keith est déjà hilare, cigarette au bec. Il le sera toute la soirée, et ce n’est pas de massacrer les intros de Paint it Black et Under my Thumb, ou saboter le riff de Jumpin’Jack Flash qui le contrariera. »
A mon goût, les Stones n’ont jamais était un bon groupe de scène. Pour moi le meilleur de ce groupe s’est fait en studio dans les années 60 et 70. A ce jour, je ne pense pas aller les revoir.
A l’heure où certains groupes ayant émergé dans les 60’s tirent leur révérence avec brio, les pierres qui roulent devraient suivre le même chemin et arrêter leur carrière en tant que Rolling Stones. J’aurais aimé aborder le sujet du public, mais non, ce serait trop long. Voilà, sur ce, on s’en va écouter Let It Bleed en pensant que Brian Jones doit bien se marrer en voyant ça là haut…
P.S. Enorme première partie de Cage The Elephant qui ont sauvé la soirée. Chapeau !
Merci à François pour ce coup de gueule sincère et constructif !
J’ajouterais aussi (Jérémie) que Keith est finalement bien là où on le voit moins : boire des coups avec ses « potes ». Ici avec Angus Young d’AC/DC (avec sa tasse Betty Boop !)
keith-angus-2017
ou encore Marianne Faithful (si, si, c’est bien elle !!). Marianne qui fut la copine de Mick Jagger et qui connut pas mal de tumultes liés à la drogue.
keith-marianne-2017 

Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !

Articles similaires

The Apartments – Fête foraine – Album classieux et profond Le groupe The Apartments, autour de son songwriter génial Peter Milton Walsh, revient avec une réédition de Fête Foraine sorti en 1996. Un album acous...
A gagner : 2×2 places pour Millionaire + The Psychotic Monks à Lille (Soirée «&... Un peu de tatapoum sur Merseyside.fr ! Le groupe Millionaire, accompagné des grosses guitares des Psychotic Monks en première partie, sera à l'affiche...
Garciaphone – Dreameater – Quand Elliott Smith rencontre les Pixies Garciaphone est un groupe français auteur de merveilleuses chansons dotées d'un sens du songwriting inspiré autant d'Elliott Smith, des Pixies que de ...
A gagner : 2×1 places pour Ulrika Spacek au Point FMR (Paris) le 20/11/2017 Les londoniens Ulrika Spacek viennent présenter leur deuxième album English Modern Decoration le 20 novembre au Point FMR. Merseyside et le Point FMR ...
A gagner : 2×1 places pour Mac Demarco à l’Aéronef (Lille) le 11/11/17 Le phénomène hype-cool canadien Mac Demarco fait une étape à Lille le 11 novembre. Un jour férié qui tombe un samedi, pas de bol. Mais la bonne humeur...

Comments

comments

2 commentaires

  • Ouahou !!!! un peu dur tout de même kamarade !!!! oui, oui c’est vrai ce fut parfois un peu « pénible », mais beaucoup beaucoup doit être attribué à cette salle absolument contre-indiquée pour un concert de « musique ». De l’écho absolument insupportable, une « balance » des instruments impossible, mais dans ce « mur » de sons comment faire ? alors oui quand on est amoureux du son rolling stones c’est presqe comique mais comment oublier le plaisir d’y être ? ah oui c’est un peu « dinosaure » mais quel pied !!! et puis il y eut dans ce foutoir magnifique de belles échappées quand même…. « paint it black »…. et même « angie » qui n’est pas mon kiff superbe. Alors bon, bon, on a vu les dinosaures….moi j’avais raté le concert en…1984 (?) à la vilette, et je me suis régalé avec mes gosses, ma femme, et à voir dans leurs yeux de cyniques avertis du XXIeme siècle cette étincelle de bonheur, comme Jagger, ils ont kiffé et surkiffé !!!!!!!! Casse pas l’ambiance kamarade, c’est pas tous les jours que tu vois charlie Chaplin ou Picasso passés dans la rue mince ! You can’ t always get what you want !!!

  • rappelez-moi le prix du billet pour aller voir ces vieux croulants de papys! moi, je préfère 100 fois aller voir les Grande Royale e les ai jamais vu et je ne m’en porte pas plus mal, et pourtant « Sticky fingers » est un de mes 10 disques préférés.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *