Editors à la Condition Publique (Roubaix) le 16/03/18 – Live report

Editors, groupe de Birmingham depuis assure en ce moment une tournée européenne qui passait dans les hauts de France. Non pas à Lille, mais à Roubaix ! Le groupe a livré un concert intense, faisant revivre certains classiques. Chronique.

Editors-condition-publique-roubaix

Editors à Roubaix : un événement

16 Mars 2018 : Editors débute sa tournée européenne dans un lieu et dans une ville improbable, la Condition Publique de Roubaix, afin de promouvoir la sortie de leur sixième album, Violence. Evènement donc pour la métropole lilloise mais aussi pour la Belgique toute proche, très friande de ce groupe. En effet, la Condition Publique, ancienne lainière reconvertie en centre culturel d’une capacité de 800 personnes, accueille ce soir une grande majorité de belges, heureux de voir ce groupe dans une salle à taille humaine. Pour l’anecdote, Editors remplira sans problème le lendemain le Palais des Sport d’Anvers d’une capacité de 15 000 personnes…

Public Service Broadcasting : une première partie de choix

La première partie sera assurée par les anglais de Public Service Broadcasting. Le concept est simple et original : trois musiciens proposant une musique exclusivement instrumentale accompagnant des images d’archives télévisuelles des années 40 à 70 sur les thèmes de la conquête spatiale, les conflits sociaux, la guerre froide, les progrès scientifiques ou la seconde guerre mondiale. Tout un programme… On y retrouve du Kraftwerk, U96 (Das Boot) ou encore Paul Hardcastel (et son titre 19). Une première partie réussie et en cohérence avec le coté électro que nous propose Editors depuis quelques albums.

Un début difficile pour Editors

Après les traditionnelles trente minutes d’attente permettant le changement de matériel, la bande à Tom Smith débarque sur scène. Le décor est sobre mais beau : un jeu de lumière simple et quatre colonnes métalliques en forme d’alvéoles, donnant de faux airs de carcasses de voitures empilées d’une décharge. Le groupe est carré, Tom, très en voix et le début du set exclusivement consacré à des titres de la version 2.0 de Editors (après le départ du guitariste Chris Urbanowicz), c’est-à-dire les trois derniers albums. Le show débute par le deuxième single du nouvel album Hallelujah (So Low). S’en suivront les singles A Ton Of Love, Formaldehyde, No Harms, Sugar et Darkness At The Door tiré du dernier album. La prestation est assez bonne, très pro mais l’enchaînement de titres relativement nouveaux empêche l’ambiance de vraiment décoller et on se dit que quelque chose cloche…

Back to the roots

Editors-condition-publique-roubaix3Passé ces sept chansons récentes, Editors nous propose un saut de 13 ans en arrière avec Lights qui ouvrait le magnifique premier album du groupe The Back Room. L’ambiance commence à monter d’un cran. « Let’s stay nostalic » nous lance Tom Smith peu bavard (et c’est tant mieux). S’en suivront une séquence de cinq titres des trois premiers albums d’Editors (les plus précieux pour nombre de fans) : Blood, Munich, An End Has A Start, un magnifique In This Light And On This Evening et Eat Raw Meat = Blood Drool. Le public devient enfin chaud. C’est à ce moment-là qu’on se dit que le groupe présent ce soir n’a plus grand-chose à voir avec ce que l’on a connu il y a une décennie. Il faut maintenant deux guitaristes pour assurer le boulot que réalisait Chris Urbanowicz responsable en très grande partie du « son » Editors qui nous avait fait chavirer. Après cette séquence « c’était mieux avant », retour sur le dernier album avec Nothingness et Belong. Le ravageur The Racing Rats et très beau Ocean Of Night clôtureront  le set avant le rappel.

Un rappel généreux

Editors-condition-publique-roubaix-rappelAprès une courte pause, Tom Smith revient seul sur scène, accompagné de sa guitare acoustique pour interpréter le splendide No Sound But The Wind, titre connu des fans depuis 2009 mais officiellement intégré cette année sur le dernier album en date. Frissons garanti sur le titre. On réalise à ce moment de guitare/voix que Tom Smith est un très grand chanteur. Le reste du groupe le rejoint et deux autres titres de Violence suivront : Cold et le premier single extrait de l’album, le déconcertant Magazine. On pense que le concert touche à sa fin quand les premières notes de Papillon, sublimement interprété retentissement. Il n’en est rien, Editors nous gratifieront d’un ultime Marching Orders parfait pour terminer un concert avec son outro chorus taillé pour les stades repris en cœur par le groupe et le public. La bande à Tom nous salue longuement, visiblement satisfait de cette première date de la tournée.

Editors à Roubaix, un grand concert malgré tout…

Editors-condition-publique-roubaix2On quitte la Condition Publique de Roubaix avec le sentiment d’avoir assisté à un grand concert d’une heure quarante-cinq et 22 titres d’un groupe en plein évolution parfois radical. Evidemment, (moment non objectif), Editors n’est plus vraiment le groupe que l’on a aimé à leurs débuts. Il a fallu l’interprétation d’ancien titres pour amener du peps et de la dynamique au concert. Le jeu de guitare de Chris Urbanowicz si caractéristique manque à présent au groupe et deux guitaristes ne suffisent pas pour combler le vide. Autre conséquence, un changement de cap du groupe qui souffre d’absence de titres accrocheurs qu’on retrouvait sur The Back Room ou An End Has A Start. Peu importe pour le groupe finalement car il arrive encore malgré tout à remplir des salles à travers le monde. A vous de vous en faire une idée. Editors sera en concert pour trois dates en France : Strasbourg, Paris et Lyon.

François Delporte
Crédit photos : Laëtitia Rousé « supercalifragilisticia », Sandrine Plank

SETLIST :

Hallelujah (So Low)
A Ton Of Love
Darkness At The Door
Formaldehyde
Violence
No Harm
Sugar
Lights
Blood
Munich
An End Has A Start
In The Light And On This Evening
Eat Raw Meat = Blood Drool
Nothingness
Belong
The Racing Rats
Ocean Of Night

RAPPEL

No Sound But The Wind
Cold
Magazine
Papillon
Marching Orders

Soyez sympa, partagez !
Concerts Editors
Disponible
Editors à Nancy - 25 avril 2019

Articles similaires

Playlist indie pop rock indé – Octobre 2015 Scrollez sur les playlists pour faire défiler les morceaux.   Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur Facebook : ...
A gagner : 2×2 places pour To Kill A King au Nouveau Casino le 23/03/15 Deuxième album pour ce quatuor de Leeds désormais basé à Londres. De passage à Paris (après Rock en Seine l'année dernière), To Kill A King viendra pr...
Meilleurs albums 2013 – La sélection de Merseyside.fr Attention, il ne s'agit pas d'un top ! En effet, si on fait un top, on risquerait de changer d'avis d'ici la semaine prochaine. A-t-on vraiment la lég...
Phonoclub, synthèse rock des 15 dernières années Phonoclub est un groupe originaire de Rennes qui s'inspire du meilleur des années 80 et 90 d'outre Manche pour livrer leur premier EP, six titres jong...
Stellastarr* monte d’un ton De l'eau a coulé sous les ponts depuis la première prestation de Stellastarr* en France lors du festival des Inrocks (2003) et c'est avec une oreille ...

Comments

comments

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *