Interview : Julien Bouchard, joli songwriting DIY

JULIEN BOUCHARD "Songs From La Chambre" - FR - Songwriting délicat et inspiré

JULIEN BOUCHARD « Songs From La Chambre » – FR – Songwriting délicat et inspiré

Interview de Julien Bouchard, jeune français qui vient de sortir son premier album au sens du songwriting évident avec de beaux arrangements. Du coup, j’ai voulu en savoir un peu plus sur son environnement. Et il est autant question de Sonic Youth que Nino Ferrer !

Les images d’Epinal

Concrètement, comment ça se passe quand on vient d’Epinal pour se faire connaître ? Ton album m’a beaucoup plu, mais si je n’étais pas abonné à la newsletter de Hot Puma (label belge chez qui il est signé) l’année dernière, je serais sans doute passé à côté.
Oh et bien tu sais avec internet tu peux essayer de te faire connaître d’un peu partout, ce n’est pas une difficulté de venir d’Epinal, enfin moi je trouve… Avant quand j’étais gamin et que je jouais dans des groupes punk on était obligé de faire des pieds et des mains juste pour faire 3 concerts. Epinal ce n’est pas l’Olympia ou Paris, mais bon j’aime être dans cette ville. Et je suis pas très « grosses villes ».

Sans compter que tu dois avoir quelques homonymes, donc ce n’est sans doute pas facile pour remonter dans Google 😉 D’ailleurs, avec quelle requête Google aimerais-tu que les gens te découvrent ?
Julien Bouchard / chanson / DIY/ jolie musique !??:)

JULIEN BOUCHARD "Songs From La Chambre" - FR - Songwriting délicat et inspiré

JULIEN BOUCHARD « Songs From La Chambre » – Songwriting délicat et inspiré

Raconte-nous un peu la naissance de cet album… Le titre est assez évocateur (Songs From La Chambre), tout a vraiment été fait chez toi ?
Oui j’ai tout fait chez moi sauf les batteries dans un studio à Paris sauf les batteries et le mixage en Belgique chez Hot Puma.
C’est venu par étapes, il a fallu que je prenne un peu confiance, j’étais plutôt novice en « techniques d’enregistrement » et aussi je voulais vraiment que les chansons me plaisent et me donnent envie de les défendre sans rien regretter par la suite. J’ai toujours peur de ne pas être à la hauteur de ce que je veux, mais je me suis calmé, j’ai pris mon temps… Non pas pour essayer de faire la meilleure musique du monde mais pour faire quelque chose d’honnête, que j’aurais envie de défendre et d’associer le plus directement à un univers pouvant me correspondre. Ça été long pour moi de me mettre dedans, d’arriver à avoir assez confiance en moi pour me dire « je peux tout à fait le faire moi aussi ». Le processus de création était simultané avec l’enregistrement. J’adore faire ça et chez moi je me suis donné le temps. En matière de techniques d’enregistrement c’était une grande première pour moi et je n’avais presque rien, mais je préfère de loin cette configuration plutôt que d’être dans un vrai studio avec plein de boutons partout. Aussi, le fait d’avoir écrit les chansons en Français à la fin donne une chouette dimension à l’album.

Etait-ce une évidence pour toi de chanter tant en anglais qu’en français ?
Ça ne l’était pas encore pendant la réalisation de l’album, mais ça m’a tellement « débloqué » d’arriver naturellement à écrire quelques textes en français que maintenant ça le devient de plus en plus …

Que racontes-tu dans tes chansons ?
Ce que tous les chanteurs racontent : l’amour, la mort, la solitude, la  joie, la tristesse, mon ressenti sur certaines situations que l’on peut rencontrer dans sa vie.

J’aime ce côté DIY

Il y a de beaux arrangements sur ton album. Je pense à Handguns avec le synthé discret, le shaker entêtant (présent sur tout l’album d’ailleurs), le xylophone. Ou encore les jolies modulations sur Always. Comment se passe ton travail de composition puis d’arrangements ?
J’ai été à l’essentiel mais en passant par des chemins compliqués, c’est comme ça que je fonctionne et c’est sans doute pourquoi je suis plus à l’aise à travailler ça seul ou presque…
Les arrangements viennent aussi du fait que je n’avais pas beaucoup de matos et que ça t’oblige à faire les choses autrement que dans un vrai studio ou avec plus de choix, c’est un peu du bricolage, j’aime ce côté DIY.


A chaque fois que j’écoute Fear, je pense à Beetlebum de Blur, à la fin quand Damon chante « He’s on, he’s on, he’s on it« . On te l’a déjà dit ?
Non c’est la première fois mais je vois ce que tu veux dire. Sur « Fear » il n’y a pas beaucoup de texte et c’est vrai qu il y a une ressemblance dans la mélodie. J’aime bien cette chanson de Blur, je trouve ça cool comme comparaison.


Comment travailles-tu le live, et avec quels musiciens ? Par exemple, un titre comme Stolen Love doit prendre une belle dimension en live.
Oui Stolen Love est cool à jouer en live. Je travaille avec des potes, la bonne entente est primordiale ! C’est une chouette équipe, les arrangements sont un peu différents du disque, il y a un côté plus rock’n’roll, mais on est 5 sur scène, c’est assez complet je trouve.

Sonic Youth, Kevin Morby et Nino Ferrer

sonicyouth_washing-machineQuelles sont tes plus grandes influences musicales ?
Compliqué comme question… Les groupes qui m’ont donné goût à la musique, mon amour pour eux est inconditionnel et leur musique est assez loin de ce que je fais maintenant. J’écoute plein de choses mais je n’aurai plus jamais le même sentiment que lorsque que je découvrais Sonic Youth, Nirvana, Dinosaur Jr et tout le bazar… Même si ça n’a rien à voir avec ma musique maintenant, ils m ont touché à jamais et je n’ai pas souvent ressenti la même chose par la suite.

Qu’écoutes-tu en ce moment ?
Kevin Morby, Pond, Pif le chiant, Kurt vile, Nino Ferrer

Est-ce un problème que ton album soit diffusé physiquement un an après sa sortie digitale ?
Non, je suis presque complètement inconnu, la durée pendant laquelle on parle du disque n’impacte pas la sortie différée sur 2 territoires, la Belgique et maintenant la France… Les gens ne me connaissent pas donc je peux difficilement être trop rébarbatif avec mon disque, sauf pour mon entourage… les pauvres …:)

Qu’est-ce que tu aimerais changer dans le monde d’aujourd’hui sur le plan musical ? (artistes, promos, concerts…)
Sûrement ce côté « éphémère des choses »… L’heure est au divertissement et les artistes ne durent pas. Que les choses soient plus simples, moins éphémères et aussi moins soumises au phénomène de « hype ». Il y en a plein dont on entend plus parler alors qu’ils font de super choses c’est vraiment dommage… enfin c’est mon point de vu hein… Je suis peut-être trop vieux pour tout comprendre 🙂

Justement, selon toi quels sont les artistes français qui devraient être plus connus aujourd’hui ?
Tous les gens qui se donnent et font les choses sincèrement ont pour moi une place sous les projecteurs. Mais bon je ne suis pas directeur artistique…


Pour suivre les news de rock indé, suivez Merseyside sur les réseaux sociaux :

     Instagram-Icon

Soyez sympa, partagez !
Concerts Julien Bouchard
 
Julien Bouchard à Gérardmer - 25 novembre 2017

Articles similaires

Ulrika Spacek – English Modern Decoration – Râpeux et parfaitement dissonant Le rock râpeux et dissonant des anglais d'Ulrika Spacek fait son retour avec un deuxième album moins accessible mais très convaincant. Un groupe qui...
Les vidéos de rock indé, garage, grunge, britpop… qui t’éviteront de te perdre... On passe tous des heures sur Youtube. En tous cas en temps cumulé. Et on tombe parfois sur des dizaines de bouses au son dégueu, tout comme sur des pé...
3 EP de Julien Bouchard à gagner Julien Bouchard est un jeune songwriter signé chez les Belges de Hot Puma Records. Il vient de sortir son premier album (Song From La Chambre), ce qui...
Concerts rock indé & indie pop à Paris en mai 2017 2 mai : Julien Bouchard aux 3 Baudets Ce jeune songwriter d'Epinal séduit avec son premier album au songwriting parfait signé chez les Belges de Hot ...
Playlist indie pop – Mars 2017 On commence par une association assez surprenante, celle d'un vrai bricoleur musical et d'un songwritrer, aka R. STEVIE MOORE et JASON FALKNER pour au...

Comments

comments

Un commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *